[Critique Cinéma] Les Enquêtes du Département V : Miséricorde

244569.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLes Enquêtes du Département V : Miséricorde est un film de Mikkel Norgaard

Date de sortie: 27 mars 2015 – en VOD

Casting: Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, Sonja Richter, Mikkel Boe Folsgaard

Synopsis: Après une bavure qui coûte la vie à l’un de ses collègues et laisse son meilleur ami paralysé, l’inspecteur Carl Mørck a presque tout perdu. Mis sur la touche, privé du droit d’enquêter, il est chargé d’archiver les vieux dossiers du commissariat avec Assad, l’assistant qui lui est imposé. Mais très vite, les deux policiers désobéissent à leur supérieur et rouvrent une enquête jamais résolue, la disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse survenue cinq ans auparavant. C’est la naissance du Département V et sa première enquête…

21050074_20131016150030241.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Carl et Assad sont des retourneurs de fumier. Ils plongent dans la crasse, déterrent les vieux secrets, les cadavres dans les placards, fouillent les regrets, la misère et ce qui nous colle à l’âme. Du fond de leur antre poussiéreuse, ils sont le Département V. Créé pour classer les affaires non résolues par une brève revue de la procédure, ils sont détournés de leur but par Carl, bien décidé à ne pas le laisser mettre au placard.

Mis au ban par ses collègues et sa hiérarchie après que son impatience et son caractère incontrôlable ont conduit à la mort son partenaire et à la paralysie son ami, il reprend chaque cas avec rage, miné par la dépression et l’alcoolisme. Cet anti-héros qui fait penser au McNulty de The Wire est épaulé par Assad. D’une bien meilleure nature, ce job est pour lui au contraire l’occasion de sortir d’un placard administratif. Seul soutien de Carl qui noie sa dépression dans le travail en même temps que dans l’alcool, il est la voie de la raison.

C’est le terreau dans lequel sont ancrées les enquêtes du Département V, série de livres policiers de Jussi Adler-Olsen adaptés en une série de films dont le premier épisode sort en VOD le vendredi 27 mars et le deuxième épisode au cinéma début avril.

21050073_20131016150028537.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Miséricorde nous présente donc les personnages, plante le décor, installe l’atmosphère. Ici pas d’équipe de faux scientifiques, pas de superflic désamorçant des bombes atomiques à la vitesse de l’éclair, pas de génie à la capacité de déduction démente. De simples flics qui rouvrent de vieilles affaires et en même temps de vieilles blessures dans un vrai rythme de polar, relativement lent mais qui laisse s’installer de vraies relations entre les personnages, une tension, une ambiance pendant que l’enquête progresse pas à pas.

L’image est magnifique, l’admiration du réalisateur Mikkel Norgaard (Borgen) pour David Fincher est fortement perceptible. L’atmosphère est poisseuse, pesante et l’histoire est glauque à souhait. Le jeu de Nikolaj Lie Kaas et Fares Fares est parfait, c’est un début sans bavure pour une série qui s’annonce extrêmement intéressante.

On peut regretter que cela fasse penser par rares moments à Saw (éclairage et stratagème du tueur) et que l’on abuse un peu d’une séquence façon Gladiator la main dans les champs de blé, mais le film nous rappelle des références bien plus sympathiques, quelque chose de The Wire, Luther et Seven.

[Critique Cinéma] Les Enquêtes du Département V : Miséricorde
Les +
  • Ambiance, Acteurs, Scénario
  • Parfait lancement pour une franchise intéressante
Les -
  • Un méchant un peu décevant
9Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
10.0

A propos de l'auteur

Frère de Nivrae, geek et cinéphile. On me retrouve aussi sur @TheGorbak

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.